Actualités

Représentation des femmes dans l’espace public : Longueuil Citoyen dépose des recommandations

Représentation des femmes dans l’espace public : Longueuil Citoyen dépose des recommandations
Intersection des rues Jean-Neveu et Jean Desy.
Juliette Poireau
le 06 mars à 10:30

Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, les membres de l’opposition officielle de la Ville de Longueuil, Longueuil Citoyen, veulent l’émancipation de la représentation des femmes dans l’espace public.

Pour ce faire, les élus ont l’intention de poser des gestes concrets dans la manière de représenter les femmes, notamment avec l’attribution des noms de rues, de parcs et autres lieux publics du territoire.

À Longueuil, seulement 6,7 % des toponymes et odonymes font honneur aux femmes, soit 80 sur les 1200 que l’on retrouve à travers la ville.

L'objectif est d’installer une sensibilité dans le choix des thèmes des nouvelles constructions afin de valoriser l’implication des femmes dans plusieurs domaines et, par le fait même, augmenter leur représentation.

En ce sens, l’opposition propose d’actualiser la Politique de désignation toponymique et odonymique de la Ville dans le but de faire rayonner la contribution des femmes et des personnes issues de la diversité d’ici ou d’ailleurs dans le monde. Les élus souhaitent également établir des objectifs visant la parité pour les noms d’espaces publics.

De plus, Longueuil Citoyen aimerait rendre la banque toponymique et odonymique de Longueuil accessible sur le Web pour les citoyens, afin que les intéressés puissent suggérer des dénominations pour les différents lieux de la ville. Ainsi, autant les bâtiments municipaux, les places publiques, les monuments, les parcs, les espaces verts et les rues pourraient porter un nom choisi par un résident.

Un des moyens pour ajouter des noms de femmes sur le territoire est de remplacer certains toponymes et odonymes qui se retrouvent doublés.

Ce souhait avait déjà été évoqué en septembre dernier par le conseiller Michel Lanctôt, qui déplore le manque de représentation des femmes sur le territoire de Longueuil. Lors d’une séance du conseil, l’élu de l’opposition avait suggéré une liste de 23 femmes influentes pour l’attribution de lieux publics, et seulement cinq ont été retenus.

« Au rythme où vont les choses, sans réelle volonté politique, il faudra attendre des décennies avant d’en arriver à ce qui pourrait ressembler à la parité dans la représentation des femmes dans l’espace public à Longueuil. Je souhaite que mes collègues du Conseil considèrent positivement les propositions de l’opposition officielle à Longueuil. Il est important d’offrir des modèles positifs sur la place des femmes dans la société pour favoriser l’épanouissement de tous, homme comme femme. Il faut enrichir la banque toponymique et odonymique de la Ville, la rendre publique et élargir les critères d’attribution des noms de rues, parcs et autres lieux publics de Longueuil », a déclaré Michel Lanctôt, par voie de communiqué.

La Commission de toponymie du Québec encourage toutes les municipalités québécoises à poursuivre dans cette voie afin que le paysage toponymique québécois reflète la diversité des personnes qui ont contribué à la société.

Les élus de l’opposition se sont inspirés du mouvement Toponym’Elles, lancé par la Ville de Montréal en 2016, dont le but est de se fixer des objectifs quantifiables. En juillet 2019, on comptait alors 40 % de femmes, 27 % d’hommes et 33 % de noms neutres dans l’ajout d’une quarantaine de dénominations par année depuis 2016. Et puis, on y répertoriait 453 noms de femmes contre 69 avant le début de cette initiative.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.