Actualités

Pension alimentaire : un père de Longueuil risque la prison

Pension alimentaire : un père de Longueuil risque la prison
Emilie Tremblay
le 15 octobre à 14:25

Un père Longueuillois risque la prison s’il ne paye pas les 50 000 $ qu’il doit en pension alimentaire à la mère de ses deux enfants.

Le cœur de ce litige est l’absence totale de versements de pension alimentaire volontaire de la part de celui-ci jusqu’en mars 2019, alors que la mère aurait dû recevoir près de 1050 $ par mois pour les deux enfants. Depuis mars, il a effectué les versements mensuels, sans cependant rembourser les montants précédents.

L’homme perçoit des revenus annuels estimés à près de 75 000 $, affiche son train de vie sur les médias sociaux, notamment en montrant qu’il « profite d’un mode de vie plus que confortable » composé de sorties, de voitures de luxe et de parties de golf. Il a cependant affirmé en cour qu’il avait des difficultés financières et que son train de vie était possible grâce à la générosité de ses amis. Il entretiendrait « des relations dangereuses sur le plan criminel ».

Dans son jugement, la juge de la Cour supérieure, Marie-Claude Armstrong, le déclare coupable d’outrage au tribunal. Elle conclut que le but de celui-ci est « de gagner du temps » et qu’il est indifférent à l’égard de ses obligations alimentaires. Il n’a subi aucune conséquence pour le non-respect de l’ordonnance de la cour et « tente de faire en sorte de continuer à s’en tenir indemne ». Il avait d’ailleurs déjà rejeté la demande de pension alimentaire de la mère soutenant lui « avoir déjà tout donné ».

Le père s’est défendu en disant avoir compris qu’il devait respecter l’ordonnance alimentaire et demandait au tribunal de ne pas le condamner à la prison, ce qui l’empêcherait de rembourser le montant de pension alimentaire dû.

Un argument rejeté par la juge, qui a souligné que celui-ci travaillait depuis plusieurs années et qu’il exploitait un commerce, sans pour autant payer ladite pension.

La juge Armstrong estime qu’il s’agit d’une affaire « exceptionnelle » notamment en raison des ressources financières du père et de son comportement. Il s’est acquitté d’un paiement punitif de 10 000 $, mais devra verser 53 136,85 $ qu’il doit en pension alimentaire à la mère de ses deux enfants avant le 21 novembre 2019, sans quoi il se retrouvera en prison pour 50 jours.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.