Actualités

MISE À JOUR Crise dans l’agglomération : les maires dissidents lancent la campagne «On paie trop pour Longueuil»

MISE À JOUR Crise dans l’agglomération : les maires dissidents lancent la campagne «On paie trop pour Longueuil»
Pascal Dugas Bourdon
le 24 octobre à 11:20

Les trois maires dissidents de l’agglomération de Longueuil ont franchi une nouvelle étape dans leurs revendications ce matin, cette fois en lançant la campagne «On paie trop pour Longueuil».  Cette opération implique la mise en ligne d'un site web, «un blitz d'affichage» publicitaire et des rencontres citoyennes. Selon les maires, elle vise à inclure la population dans leurs demandes auprès du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux. Sans surprendre par son contenu, le site web, aux allures minimalistes, reprend les principales revendications des villes de Brossard, Saint-Lambert, et Saint-Bruno, insatisfaites de la gestion et du financement de l’agglomération. Entre autres, les villes liées demandent à ce que l’agglomération ait une direction générale distincte de la ville-centre, que les quotes-parts soient calculées à 50 % en fonction de la valeur foncière et à 50 % en fonction du poids démographique et que chaque maire ait un vote lors des séances du conseil. De plus, les maires veulent que l’agglomération porte un nouveau nom, qui ne réfère pas directement à Longueuil. Le budget alloué à cette campagne publicitaire est de «quelques dizaines de milliers de dollars», a indiqué le maire de Saint-Bruno, Martin Murray, qui voit ces dépenses comme «un investissement». La facture sera divisée entre les trois villes en proportion de la population. Les maires refusent pour le moment de parler d'un «ultimatum» au ministre Coiteux. Pourtant, un récent communiqué de presse des trois villes était intitulé «Réformer ou quitter l'agglomération de Longueuil». Tensions à leur comble La tension entre la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, et les maires dissidents avait atteint de nouveaux sommets, jeudi dernier. Les maires de Brossard et de Saint-Bruno, Paul Leduc et Martin Murray, avaient quitté la salle du conseil d’agglomération alors que la mairesse prononçait son discours de fermeture. Boucherville, pourtant dans une situation semblable, voire identique, à celle des trois autres villes liées, refuse de prendre part à ce mouvement de contestation, et continue de dire qu’il vaut mieux travailler avec la structure actuelle. Rappelons que les trois maires dissidents menacent d’organiser un référendum dans leurs villes respectives pour quitter l’agglomération si rien n’est fait pour en modifier la structure. Les maires refusent pour le moment de parler d'un «ultimatum», même si un récent communiqué de presse des trois villes était intitulé «réformer ou quitter l'agglomération de Longueuil».

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.