Actualités

Luzerne génétiquement modifiée : la certification biologique est menacée, selon l’UPA

Luzerne génétiquement modifiée : la certification biologique est menacée, selon l’UPA
Pascal
le 24 mars à 22:00

L’Union des producteurs agricoles (UPA), dont les bureaux sont situés à Longueuil, se dit fortement préoccupée par la propagation d’une souche de luzerne génétiquement modifiée, laquelle pourrait mettre en danger l’authenticité des produits biologiques.

Selon l’UPA, cette luzerne fait présentement des ravages dans les champs du sud de l'Alberta, et les semences de la Montérégie ne sont pas à l’abri, bien qu’aucune source n’ait encore été détectée au Québec.

Le produit génétiquement modifié, commercialisé sous le nom de GM Roundup Ready®, a selon l’UPA une capacité de croisement avec la luzerne biologique de 22 % sur un kilomètre à la ronde.

«Cette brèche potentielle dans l'intégrité des produits biologiques menace non seulement les producteurs de luzerne, mais également tous les éleveurs, qui mettent en marché des produits biologiques et dont les animaux auraient consommé ce produit ne respectant pas le cahier de charge de la norme biologique», a expliqué l’UPA par communiqué.

Comme ce type de luzerne est une vivace, et donc qu’elle survit à l’hiver, la propagation d’un gène modifié est d’autant plus inquiétant. Même si on tente d’éliminer les souches problématiques, certains plants présents à l’extérieur des terres pourraient survivre, et contaminer à nouveau la production biologique.

Un producteur rive-sudois inquiet

Gilbert Halde, un producteur de luzerne biologique de Saint-Mathias-sur-Richelieu, craint que la contamination ne lui fasse perdre sa certification biologique.

En plus de produire de la luzerne sur 75 hectares, il en nourrit les vaches, et produit ainsi du lait certifié biologique.

«Honnêtement, si la luzerne est contaminée, je me demande comment on va pouvoir continuer à produire du lait bio, a expliqué M. Halde en entrevue à TVRS.

«J’ai une ferme certifiée depuis 1995, et c’est très préoccupant pour nous autres ce qui se passe. Ça fait plusieurs années qu’on travaille pour ne pas que ça rentre, mais là, je suis très inquiet».

M. Halde a précisé que bien que le produit menace la production biologique, il n’est pas interdit au Canda.

L’UPA demande d’ailleurs au gouvernement d’imposer un moratoire sur la commercialisation des variétés de luzerne génétiquement modifiées afin de stopper la propagation de la souche.

En Montérégie, près de 250 entreprises possèdent la certification biologique.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.