Actualités

Longueuil : Seulement un trottoir local sur deux déneigé dès l’hiver prochain

Longueuil : Seulement un trottoir local sur deux déneigé dès l’hiver prochain
Juliette Poireau
le 18 juin à 14:50

Lors de la dernière séance du conseil de la Ville de Longueuil du mardi 16 juin, les élus ont voté pour l’amendement de trois contrats de déneigement sur une période de neuf ans avec l’option de déblayer un seul trottoir dans les rues locales. Une pratique pourtant abandonnée depuis 2013.

Suggestion du conseiller municipal Benoît L’Écuyer, cet amendement diminue la valeur totale des contrats de 4,6 M$, soit 5 % d’économie en neuf ans.

C’est un conseil divisé sur la question qui s’est prononcé finalement en faveur du déneigement d’un trottoir sur deux dans les rues résidentielles de la ville à partir de l’hiver prochain et ce pendant neuf ans. Néanmoins, cette façon de faire ne s’appliquera pas sur les artères principales, les corridors scolaires et les rues desservies par le transport en commun, qui continueront d’être déneigés des deux côtés.

En effet, neuf conseillers municipaux, dont les élus de Longueuil Citoyen et d’Option Longueuil, ainsi que quatre indépendants ont voté pour cette pratique, tandis que l’équipe de la mairesse Sylvie Parent et l’indépendante Nathalie Boisclair ont voté contre, pour un résultat de 5 contre 9.

Cette décision va à l’encontre de la politique en accessibilité universelle adoptée en 2013 par la Ville, ainsi qu’aux recommandations de l’administration municipale et du comité exécutif.

« Décroissance des services »

Pour les élus contre cette pratique pourtant abolie depuis sept ans, c’est un véritable retour en arrière. Le conseiller Tommy Théberge dénonce les élus en faveur : « Ils ignorent les besoins des enfants qui doivent se rendre à l’école, les travailleurs qui utilisent le transport en commun, les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite et les clientèles vulnérables qui résident dans les rues locales. Avoir deux trottoirs déneigés, c’est la moindre des choses. » Il désigne cette décision de « honteuse » et pense qu'il s'agit d'une décroissance des services pour les citoyens de Longueuil.

Une opinion que partage la conseillère indépendante Nathalie Boisclair qui rappelle que « le choix du trottoir à déneiger dépend de tellement de facteurs que c’était devenu ingérable à l’époque [avant 2013] ». Pour elle, il faudrait tenir compte de plusieurs faits en matière de déneigement : les déplacements actifs, les besoins des aînés et des enfants, l’augmentation des chantiers de constructions résidentielles, la présence de boîtes aux lettres collectives, l’autorisation de stationner dans les rues l’hiver et les débarcadères pour le transport en commun et les personnes à mobilité réduite.

Elle invite d’ailleurs les citoyens à déposer des plaintes et des commentaires l’hiver prochain.

Pour sa part, le conseiller Éric Bouchard a rappelé qu’au cours de la dernière année, les plaintes au sujet du déneigement ont diminué de 53 %, tandis que 75 % des résidents se disent satisfaits du déneigement des rues selon un sondage mené par la Ville.

 « Un trottoir sécuritaire au lieu de deux impraticables »

Les élus de Longueuil Citoyen justifient leur approbation de ces amendements pour se concentrer sur le déneigement d’un seul trottoir sécuritaire plutôt que deux mal entretenus.

En effet, le conseiller Benoît L’Écuyer affirme : « Si on peut se concentrer sur le déneigement d’un seul trottoir, mais bien le faire pour qu’il soit sécuritaire, alors ça sera un gain pour tous les citoyens, peu importe leur condition. »

Pour Colette Éthier, la prochaine année servira de test et s’engage, aux noms des élus, de réévaluer la situation si les gains escomptés sur la qualité du déneigement ne se concrétisent pas comme prévu. « Quel que soit le bilan de l’an prochain, mes collègues m’ont assuré leur soutien si nous devions exercer à nouveau les options aux contrats de déneigement ou bonifier nos pratiques », a-t-elle déclaré.

Et puis, le conseiller Michel Lanctôt souligne de son côté qu’il arrive déjà que la Ville doive sacrifier un des deux trottoirs en cours d’année pour effectuer le déneigement dans les rues locales.

Le chef de l’opposition officielle, Xavier Léger, est inquiet qu’un seul soumissionnaire conforme ait été retenu pour chacun des trois contrats : « Ce n’est pas normal qu’une ville de la taille et de l’importance de Longueuil se retrouve avec si peu de soumissionnaires pour des contrats aussi importants. » Sur une possibilité de 11 soumissionnaires, seulement 4 ont déposé une soumission.

D’ailleurs, il souhaite que le Bureau de l’inspectrice contractuelle de Longueuil puisse examiner le processus d’octroi des contrats de déneigement pour s’assurer que les pratiques de la Ville favorisent la compétition entre les soumissionnaires.

Le conseiller indépendant Jacques Lemire a lui tenu à rappeler les résultats d’un sondage mené par la Ville, qui rapportait que 51 % des résidents souhaitent avoir un trottoir bien déneigé et 49 % en veulent deux.

D’autres réactions

Une lettre ouverte, dont TVRS a obtenu une copie, signée par neuf organismes, mentionne que la nouvelle procédure de déneigement de la Ville de Longueuil « mettra en danger les piétons durant les neuf prochains hivers, particulièrement les personnes à mobilité réduite, les enfants et les personnes âgées. »

Parmi les signataires, on retrouve l’Association des aveugles de la Rive-Sud (AARS), l’Association québécoise de joueurs d’échecs handicapés visuels (AQJÉHV), l’Association québécoise des parents d’enfants handicapés visuels (AQPEHV), l’Association des sports pour aveugles du Montréal métropolitain (ASAMM), l’Association des usagers du transport adapté de Longueuil (AUTAL), le Conseil canadien des aveugles de Longueuil (CCAL), le Groupement des Associations de Personnes Handicapées de la Rive Sud (GAPHRSM), le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal Métropolitain (RAAMM) et le Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec (RAAQ).

Ceux-ci demandent à la Ville de Longueuil de revenir sur sa décision et d’assurer que les deux trottoirs seront déneigés cet hiver en rappelant : « L’accessibilité universelle, ce n’est pas de combler des manques ou de pallier certains besoins spécifiques. »


Commentaires

Voir ma question sur le déneigment - 11 juin 2020 Je suis la 4e ou 5e personne (21:36 minutes) à la période de questions. https://www.youtube.com/watch?v=O6GdF4WWXSk Sujet : Les puisards sur les rues Fontainebleau Nord et Sud et le gel/dégel ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Lors de la fonte des neiges, l’eau qui quitte le parc Rouillard, à droite de ma résidence, emprunte le trottoir en banquette déjà sur une glace vive, et va se jeter dans le puisard situé en bas de mon stationnement privé, puis traverse en face. Je désire déposer deux dossiers à la fin de mon exposé, dont celui de mon voisin. Quoiqu’on ait tenté de nous faire accroire que l’hiver 2019 ait été un hiver exceptionnel, ce qui est surtout exceptionnel pour moi, fut de constater dès le premier hiver dans ma nouvelle maison, que la Ville de Longueuil laissait ses 85 résidents dont plusieurs sont âgées, le soin de déglacer leurs propres trottoirs en banquette tant sur Fontainebleau Nord que Sud, comme si nous habitions sur un terrain de camping. D’après les nombreux témoignages que j’ai reçus de mes voisins, je ne suis pas la seule à devoir composer avec cette situation, tout à fait unique à Longueuil. Il y a d’énormes problèmes reliés aux puisards qui gèlent, aux infiltrations racinaires, aux arbres devenus un habitat naturel aux fourmis, aux gens qui ne sortent plus de chez eux l’hiver, et aux autres qui tombent. Plusieurs personnes du 3e âge ont baissé les bras, faute d’être entendus. C’est ce qui se passe toujours lorsque les explications reçues ne servent qu’à prolonger les délais, surtout lorsqu’on se sent vulnérable. Chacune des réponses reçues recule constamment la question, c’est le jour de la marmotte. Ce n’est que tout récemment qu’on invoque les changements climatiques afin d’expliquer pourquoi la Ville n’entretient pas ses trottoirs en banquette. Pour ceux qui l’ignorent, nous n’avons pas de trottoirs réguliers, donc, l’hiver, on marche dans la rue, la peur d’être frappée toujours en tête. Ce sont des crampons pour monter dans les arbres dont nous aurions besoin. À deux reprises, l’an dernier, j’ai dû sauter de côté sur le banc de neige pour ne pas me faire renverser par la charrue qui s’en venait à toute allure à 5h30 du matin, en pleine noirceur et je me suis enfoncée dans le banc de neige. Les coins de rue Racicot/Fontainebleau Sud où se trouve l’arrêt d’autobus 73 ne sont jamais déglacés. Je ne peux même pas sortir de chez-moi par la porte principale. Je dois utiliser la porte de service pour me rendre à la rue l’hiver et lors du dégel, alors là…voyez les photos. Nous avons besoin d’entendre l’histoire d’une réussite. La rue Fontainebleau existe depuis 1958 et fait partie de notre histoire puisque naguère, elle logeait des familles de militaires. M. le président, il est grandement temps d’arriver à 2019. La Ville de Longueuil doit faire en sorte de paver la voie du futur et de devenir proactive plutôt que réactive et ce, dès maintenant. Monsieur le président, puis-je vous faire part de trois demandes distinctes : 1. de reconnaître dès ce soir, que la Ville est l’unique propriétaire des trottoirs en banquette de la rue Fontainebleau nord et Fontainebleau sud; 2. de reconnaître que l’espace situé entre le trottoir ou la bordure de rue et la ligne de propriété appartient à la Ville de Longueuil tel qu’il appert dans le règlement CO-2009-578 de la Ville de Longueuil; 3. de demander à Madame la mairesse, de s’engager à ce que la configuration des rues Fontainebleau sud et nord sera repensée et ce, avant la fin de son premier mandat et surtout, surtout, de ne jamais taxer ses résidents pour ce faire, en reconnaissance pour leur travail acharné depuis 46 ans. Merci, M. le président. .

le 21 juin à 15:56, par Denise,

Parc Rouillard - En octobre 2019, des employés de Travaux publics de la Ville de Longueuil se sont rendus au Parc Rouillard et ont constaté qu'en effet, ce terrain était beaucoup trop haut comparativement aux terrains de 4 résidents. Nous nous attendions à ce qu'un drainage ait lieu par la suite, et depuis rien. Nos arbres meurent noyés. L'eau qui s'écoule du parc devient une patinoire pour nos trottoirs l'hiver/printemps (gel-dégel) . Rien n'est fait, aucun appel aux résidents concernés... et on a voté de déblayer un trottoir sur 2 l'hiver prochain! Il faudrait peut-être avoir déjà commencé il y a quarante ans pour Fontainebleau Nord et Sud. On nous dit que la ville n'a pas l'équipement pour déblayer les rues Fontainebleau Nord et Sud. C'est désespérant!!!. D'un côté, la Ville nous donne des arbres et de l'autre côté, on doit faire abattre des arbres centenaires et des haies de 20 pieds et plus car ils meurent noyés. On nous prend pour des imbéciles finis.

le 21 juin à 16:13, par Claude,

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.