Actualités

Les électeurs font confiance à la CAQ dans Taillon et Vachon

Les électeurs font confiance à la CAQ dans Taillon et Vachon
Aimée Lemieux
le 02 octobre à 12:00

Dans Taillon, le choix des électeurs s’est arrêté sur Lionel Carmant, neurologue à Sainte-Justine qui sollicitait un mandat avec la Coalition avenir Québec (CAQ). Une défaite crève-cœur pour le Parti québécois (PQ), élu sans interruption dans le comté depuis 1976.

C’est avec plus de 33 % des voix que Lionel Carmant a remporté son pari dans ce bastion péquiste, représenté par René Lévesque dans les années 70.

La députée sortante, Diane Lamarre, a obtenu 28 % d’appui, ce qui représente un écart de 2000 votes avec son principal adversaire. La troisième et la quatrième place sont respectivement reléguées à Québec solidaire (QS) et au Parti libéral du Québec (PLQ).

Rencontré par TVRS quelques minutes après sa victoire, Lionel Carmant a expliqué être « tellement heureux et fier de représenter Taillon », mais le mandat qui lui est confié est pris « humblement ».

Le neurologue est pressenti pour assumer un rôle au ministère de la Santé, ce qu’il n’a pas tout à fait nié, lundi soir. Il s’engage néanmoins à rester disponible auprès de ses électeurs. « Je suis un gars de terrain, je suis un gars engagé, alors les gens vont savoir où me trouver », a-t-il dit.

Dès aujourd’hui, Lionel Carmant se met au travail pour « donner une chance égale à tous les enfants qui ont des besoins spéciaux ».

« Tous les enfants vont avoir une chance égale de réussir à l’école. C’est fini le décrochage scolaire. Ça suffit aussi les gens qui payent de leur poche des 2000 $, 3000 $ pour faire évaluer leurs enfants », nous a-t-il indiqué.

Ian Lafrenière dans Vachon

Autre gain significatif pour la CAQ : l’ancien porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l’emporte dans Vachon.

Il s’agit d’une victoire écrasante pour Ian Lafrenière, qui obtient 43,61 % des suffrages. Sa plus proche rivale, la libérale Linda Caron, n’a récolté que 21 % des appuis. Patrick Ney (PQ) et André Vincent (QS) arrivent en fin de peloton.

« Quel moment stressant, quel moment incroyable! Pour un gars qui a été au service de la population pendant 30 ans, policier, militaire, pompier, je peux vous dire que je n’ai jamais vu un événement stressant comme ça », a indiqué avec un brin d’humour le principal intéressé.

Ian Lafrenière pourrait lui aussi accéder au conseil des ministres. Selon certaines spéculations, il pourrait être à la tête du ministère de la Sécurité publique.

Questionné à cet effet, l’ex-policier a affirmé que François Legault devra « décider comment il monte son équipe et moi, je serai bon joueur ». « Aucune promesse ne m’a été faite », a-t-il ajouté.

« Ce que je peux vous dire, c’est que les électeurs m’ont fait confiance et qu’ils ne le regretteront pas, parce que je serai ici pour eux ».


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.