Actualités

Légalisation du cannabis: consultation publique à Saint-Basile-le-Grand

Légalisation du cannabis: consultation publique à Saint-Basile-le-Grand
Aimée Lemieux
le 21 avril à 17:24

Une quarantaine de personnes ont participé, hier soir, à une consultation publique portant sur le projet de loi sur la légalisation du cannabis, tenue à Saint-Basile-le-Grand.

«On ne règlera pas de dossiers ici. Ce soir, on va vous écouter», ont dit d’emblée les deux députés.

L’initiative, organisée par les députés fédéraux de Brossard-Saint-Lambert et de Montarville, Alexandra Mendès et Michel Picard, a permis aux citoyens présents d’adresser leurs questions et leurs commentaires. La soirée s’est déroulée, du coup, sous forme d’échange et de discussion.

Ce qu’il faut retenir

«Le projet de loi a deux objectifs. Le premier, enlever le cannabis des mains des jeunes, qui est bourré de produits toxiques. Nous avons un souci de santé et de sécurité publique. Le deuxième, contrôler, de façon rigoureuse, le marché du cannabis. De la production à la livraison, nous voulons enlever le cannabis au crime organisé», a indiqué fermement Michel Picard.

Plusieurs personnes, visiblement inquiètes, se sont prononcées sur la plus grande accessibilité du cannabis. Par le fait même, sur le facteur «d’incitation à la consommation» que le projet de loi pourrait impliquer.

À cet effet, les députés ont répondu simplement «contrôle, encadrement et meilleure prévention». Les mots d’ordre à retenir, disent-ils.

L’aspect économique demeure lui aussi une question prenante. À terme, le gouvernement fédéral entend percevoir une taxe sur le cannabis vendu, le reste des profits allant aux entreprises et aux gouvernements provinciaux.

Une partie de l’argent sera d’ailleurs investie «dans un programme de prévention et d’éducation efficace», a souligné Alexandra Mendès.

Chose certaine, la vente de cannabis restera illégale à moins d’obtenir un permis. Il en reviendra au gouvernement fédéral d’octroyer les permis aux producteurs.

En cas d’infraction, «les sanctions seront sévères», assurent les députés. «La légalisation du cannabis, ce n’est pas le far west. Le cadre criminel sera excessivement rigoureux», a précisé Michel Picard.

En marge de la consultation publique d’hier soir, beaucoup d’éléments restent à être précisés, ont indiqué les deux députés. «Vos commentaires seront acheminés et étudiés avec soin», ont toutefois laissé tomber Alexandra Mendès et Michel Picard.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.