Actualités

Le règlement sur le contrôle des animaux pourrait être modifié cet été à Longueuil

Le règlement sur le contrôle des animaux pourrait être modifié cet été à Longueuil
Aimée Lemieux
le 23 avril à 11:00

Le débat sur les pitbulls s'est enflammé à Longueuil, lors du dernier conseil municipal, si bien que le conseiller du district Fatima-du Parcours-du-Cerf, Steve Gagnon, s'est «personnellement» engagé à modifier le règlement de la Ville si le gouvernement du Québec ne légifère pas d'ici juin, à la fin de la session parlementaire.

Une importante délégation de citoyens s'est présentée mardi soir à l'hôtel de ville pour que le règlement sur le contrôle des animaux soit modifié, plus précisément qu'il soit «élargi» afin «d'englober tous les animaux» potentiellement dangereux. Des citoyens qui militent en ce sens se présentent presque tous les mois au conseil municipal pour adresser la question.

 

«Il est pertinent d'attendre jusqu'au mois de juin pour voir ce que le gouvernement du Québec va faire. Si d'ici juin le gouvernement du Québec n'a pas légiféré un projet de loi, je vais déposer un avis de proposition pour modifier le règlement», a indiqué Steve Gagnon.

 

Le conseiller municipal a toutefois noté qu'«il y a de bons éléments dans la règlementation» actuelle. Même s'il reconnait qu'elle doit être revue à certains égards, elle doit demeurer «rigoureuse et sévère» puisque «des gens ont aussi peur des chiens».

Steve Gagnon a salué «l'ouverture» de ses collègues Monique Bastien, Nathalie Boisclair et Robert Myles, avec qui il a eu «de bonnes conversations» à ce sujet. D'autres discussions avec les élus seront «nécessaires» pour la suite des choses.

Rappelons que depuis le 1er octobre 2016, tous les nouveaux pitbulls et chiens de race croisée avec des pitbulls sont interdits sur l'ensemble du territoire de Longueuil. Si toutefois un propriétaire s'est procuré une licence avant le 1er octobre 2016, la Ville lui permet de le garder.

 

Il ne faut pas cibler la race de chien

 

Scarlett Mackenzie, connue pour ses interventions sur les pitbulls au conseil municipal, estime que le «problème, à Longueuil, c'est la définition de dangereux». Ce ne sont pas les «caractéristiques physiques» ou la «race» qui devraient déterminer si un chien est «dangereux», mais bien son comportement.

 

«Il y a de la preuve, et c'est scientifique, qui indique que ce qui réduit les morsures, c'est lorsque la définition de dangereux est basée sur le comportement d'un animal, et non sur ses caractéristiques physiques. C'est vraiment ce qui augmente la sécurité publique», signale la citoyenne.

 

«Je veux que la définition inclue les chiens de type pitbull, mais tous les autres chiens aussi. Il n'y a aucune raison en ce moment qu'on ne puisse pas changer la définition d'un chien dangereux», a-t-elle lancé aux élus municipaux.

 

Projet de loi

 

Le projet de loi 128, Loi «visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d'un encadrement concernant les chiens», est actuellement à l'étude, mais pourrait être adopté par les parlementaires d'ici les prochaines élections provinciales.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.