Actualités

Le conseiller Jacques Lemire entame des démarches en diffamation contre la mairesse

Le conseiller Jacques Lemire entame des démarches en diffamation contre la mairesse
Aimée Lemieux
le 19 avril à 11:00

Contrats d'entretien pour les terrains sportifs de la Ville: la mairesse de Longueuil soupçonne que le conseiller Jacques Lemire a pu céder à des pressions exercées par des firmes qui n'ont pas été retenues pour ces contrats. Celui-ci revient à la charge et entame des démarches en diffamation contre Sylvie Parent.

Les élus de Longueuil Citoyen ont «insisté» pour que deux contrats d'entretien des terrains sportifs de la Ville, évalués à 2M$, ne soient pas octroyés à la dernière séance du conseil municipal. S'interrogeant sur les «véritables motifs» de l'opposition, Sylvie Parent a signifié mercredi qu'elle solliciterait l'UPAC «pour que la lumière soit faite» dans ce dossier.

 

La mairesse de Longueuil doute particulièrement de l'intégrité de M. Lemire, qui «a siégé au comité exécutif de la Ville entre 2006 et 2009, une période dominée par des pratiques de collusion», signale-t-elle.

 

«La preuve présentée en début d'année par le Bureau du syndic de l'Ordre des ingénieurs du Québec démontre que des firmes d'ingénieurs devaient verser régulièrement des montants pouvant aller jusqu'à 25 000$ à une caisse électorale occulte du parti municipal de monsieur Lemire pour obtenir des contrats municipaux», indique Mme Parent.

 

Les allégations de la mairesse «surprennent» Jacques Lemire, qui explique avoir «du mal à saisir le rapport» entre son passage au comité exécutif et la décision qui a été prise au conseil.

 

«Ça fait 21 ans que les citoyens me font confiance. J'ai toujours agi dans le meilleur intérêt des citoyens. En faisant des rapprochements douteux et sans fondement, on porte atteinte à ma réputation. Pourquoi, finalement? Parce que je fais mon travail en posant des questions?», soulève-t-il.

 

Le conseiller de Laflèche confirme maintenant qu'il a «entrepris des démarches en diffamation contre la mairesse».

 

Rien à se reprocher

 

L'opposition officielle affirme de son côté «n'avoir rien à se reprocher». Par ailleurs, si l'UPAC devait mener une enquête à cet effet, les élus de Longueuil Citoyen «seront heureux d'offrir leur entière collaboration».

 

Le chef de l'opposition, Xavier Léger, expliquait mercredi que le report de ces deux contrats, d'une durée ce cinq ans, est une «décision responsable».

 

«Avec cette contrainte, il devient difficile pour les plus petits fournisseurs et les entreprises d'économie sociale de soumissionner en se commettant sur une telle période», a-t-il signifié.

 

Rappelons qu'un nouvel appel d'offres pour l'entretien des terrains sportifs devra être lancé par la Ville.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.