Actualités

L'Autorité régionale de transport métropolitain critiquée par le député caquiste de Deux-Montagnes

L'Autorité régionale de transport métropolitain critiquée par le député caquiste de Deux-Montagnes
Aimée Lemieux
le 28 juin à 15:00

Le député caquiste de Deux-Montagnes et porte-parole en matière de transports, Benoit Charette, déplore que la nouvelle structure de gestion du transport en commun dans la grande région métropolitaine est «injuste et inéquitable pour les utilisateurs en périphérie de Montréal».

Le projet de loi 76, qui porte sur la gouvernance du transport en commun dans la région de Montréal, confie à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) la compétence exclusive pour établir le cadre tarifaire du transport collectif et pour identifier les corridors routiers qui constituent le réseau artériel métropolitain sur lequel elle peut désigner des voies réservées.

À la veille de la rencontre du conseil d’administration de l’ARTM, au cours de laquelle certains élus de la région de Montréal adopteront une nouvelle politique de financement, le député de Deux-Montagnes redoute «une hausse des impôts fonciers» et fait écho, en ce sens, au maire de Laval, Marc Demers, qui affirme que la nouvelle tarification de l’ARTM augmentera la facture des familles lavalloises de 25M$ sur trois ans, puis de 10M$ par année à partir de 2021.

Benoit Charette estime que la nouvelle structure «n’assure pas un partage équitable pour les municipalités de la grande région de Montréal» et invite le ministre des Transports, Laurent Lessard, «à garantir à toutes les familles québécoises des couronnes [nord et sud] qu’elles ne subiront pas une hausse de leur compte de taxes pour le transport collectif».

Le porte-parole de la CAQ en matière de transports indique que Laurent Lessard doit au plus vite interpeler les administrateurs de l'ARTM afin qu'ils rééquilibrent les coûts pour chacune des villes et municipalités touchées par «cette taxe déguisée pour des services auxquels ils ont déjà droits».

Rappelons que le projet de loi 76 a été adopté en mai 2016 à l’Assemblée nationale. L’Agence métropolitaine de transport (AMT) et les Conseils intermunicipaux de transport seront remplacés, une fois la transition complétée, en partie par l’ARTM.

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL), la Société de transport de Montréal (STM) et la Société de transport de Laval (STL) continuent toutefois de fournir leurs services sur leurs territoires.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.