Actualités

Grève des sauveteurs à Longueuil : la Ville veut reprendre les négociations

Grève des sauveteurs à Longueuil : la Ville veut reprendre les négociations
Aimée Lemieux
le 07 août à 16:00

À moins d’une semaine de la grève des 240 sauveteurs de la Ville de Longueuil, la municipalité leur tend la main et « souhaite poursuivre » les négociations afin de renouveler leur convention collective et d’éviter ce débrayage.

 

Dans un communiqué émis mardi, la Ville affirme avoir transmis une invitation à la partie syndicale pour reprendre immédiatement les discussions, mais que celle-ci serait toutefois restée lettre morte. Les prochaines rencontres ne sont prévues qu’en septembre, déplore la Ville de Longueuil.

 

Une demande conjointe de médiation auprès du ministère du Travail a également été proposée par la Ville, mais a été « rejetée du revers de la main », soutient-elle.

 

Dans l’ensemble, « la majorité des clauses ont fait l’objet d’ententes », indique Longueuil. Même si elle demeure « sensible » aux enjeux soulevés par les sauveteurs, la Ville estime que les demandes syndicales représentent des « augmentations de coûts de 30 % de la convention collective », ce qui n'est pas en phase avec la capacité de payer des citoyens.

 

Si la grève est déclenchée le 13 août prochain, 25 piscines et 20 pataugeoires sur le territoire de la Ville seront inaccessibles aux citoyens. Le site de la plage municipale restera ouvert, mais la baignade interdite, est-il indiqué. Les 13 jeux d’eau demeureront ouverts.

 

Les « 700 personnes » inscrites aux cours de natation et de conditionnement physique seront remboursées par la Ville, puisque la grève des sauveteurs « forcera leur annulation », poursuit la municipalité dans son communiqué.

 

Rappelons que les sauveteurs de Longueuil sont sans contrat de travail depuis 2015. Ils déplorent « le refus » de la Ville de fournir les vêtements de travail et d’assurer les frais de formations obligatoires à suivre pour être à jour dans les certifications.

 

La « désuétude des installations » et « l’absence d’outils de travail » sont également au cœur du litige.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.