Actualités

Festifilm: les courts métrages des jeunes au grand écran

Festifilm: les courts métrages des jeunes au grand écran
Pascal
le 03 mai à 00:00

Ce n’est pas une superproduction américaine qu’il fallait s’attendre à voir hier en franchissant les portes d’une salle du cinéma de Boucherville. Et pourtant, la pièce était pleine à craquer. Les cinéphiles d'un soir ont plutôt pu apprécier sur grand écran les courts métrages des élèves du Collège Charles-Lemoyne, dans le cadre de la finale locale du Festifilm. «Dans un contexte scolaire, c’est important de leur laisser une brèche pour exprimer ces choses qui ne sont pas facilement abordables dans le quotidien», a expliqué à TVRS Aude Delaporte, professeure responsable de l’activité. «Ça permet d’ouvrir le dialogue pour en discuter en classe et de délier les langues. […] Et c’est bien ça, le rôle de l’art», a-t-elle ajouté. Il faut dire que les thèmes choisis par les élèves ne faisaient pas tous dans l’humour. Bien au contraire, des thèmes sérieux, voire dramatiques, tels que le suicide, la peine de mort et l’identité sexuelle étaient au rendez-vous. Des thèmes qui, selon les professeurs derrière l’activité, sont le reflet de la réalité des jeunes. «C’est leur vision à eux, c’est ce qu’ils vivent. C’est un message qui est passé aux élèves par les élèves, et ça va les toucher beaucoup plus que si c’est un adulte qui en parle», a mentionné Vincent Pelletier, professeur d’éducation physique au Collège et diplômé en cinéma. Un film retenu La soirée de projection a également été l’occasion d’annoncer le film qui représentera le Collège lors de la 15e finale nationale de Festifilm qui aura lieu samedi, à Joliette. C’est le film «2400 volts», réalisé par des élèves de quatrième secondaire, qui a été retenu. Dans le contexte d’un film policier, on y racontait les derniers jours d’un prisonnier exécuté sur la chaise électrique pour un crime qu’il n’avait pas commis. «Avec ce film-là, on a complètement oublié qu’on était au Collège. On a été étonnés par les cadrages, l’atmosphère que les élèves ont réussi à créer, l’efficacité au niveau du rythme», a commenté Mme Delaporte, aussi membre du jury. M. Pelletier a pour sa part souligné la fluidité des scènes, le récit bien ficelé et l’effort mis sur les costumes. Le film «Le tueur aux triangles», en quatrième secondaire, a remporté le prix du public. Signe que l’humour a aussi sa place dans le monde des adolescents, l’histoire mettait en vedettes deux enquêteurs de police, l'un irascible, l’autre incompétent, dans une chasse aux indices tordue pour retrouver un meurtrier. Mention spéciale au court métrage «L’exclu», qui a soulevé un tonnerre d’applaudissement du public. Il s’agit d'un film coup de poing sur les conséquences de l’intimidation et la réalité du suicide chez les jeunes.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.