Actualités

EXCLUSIF - Allégations de malversation dans l’association étudiante de Champlain : la présidente sonne l’alarme

EXCLUSIF - Allégations de malversation dans l’association étudiante de Champlain : la présidente sonne l’alarme
Pascal
le 24 mai à 00:00

Depuis son arrivée comme présidente de l’association étudiante du collège Champlain de Saint-Lambert (CSA) en septembre dernier, Jennifer Blackaller-Ruiz s’interroge sur la saine gestion des fonds au sein de l’organisation étudiante. Elle croit que plusieurs dépenses injustifiées, notamment pour payer un voyage au Mexique, ont été réalisées dans les dernières années grâce aux fonds de l’association sans qu’on puisse en retrouver les pièces justificatives. Parmi d’autres dépenses jugées problématiques par la présidente, on retrouve des paiements pour des billets du Canadien de Montréal, des entrées dans un parc d’attractions ontarien, et une fête du CSA sur un bateau de croisière. TVRS a d’ailleurs obtenu plusieurs duplicata des chèques qui soulèvent des inquiétudes chez la présidente du CSA. Certaines de ces dépenses ont été réalisées il y huit ans de cela, sans que quiconque n’ait semblé soulevé ces possibles irrégularités avant aujourd’hui, a ajouté Mme Blackaller-Ruiz. «C’est l’argent des étudiants qui est utilisé de façon injuste par des employés ou d’anciens membres du conseil d’administration. C’est complètement aberrant !» Congédiement En mars dernier, ces irrégularités ont d’ailleurs conduit la présidente à congédier l’employé du CSA censé gérer les finances de l’organisation. Dans la lettre de renvoi remis au salarié, et rédigé par un avocat, la présidente de l’association reproche à cet ancien employé d’avoir réalisé des dépenses non approuvées par l’association et d’avoir reçu des remboursements autorisés par l’ancien président de l’association toujours actif au compte, mais «sans autorité légale». Mme Blackaller-Ruiz est également convaincue que certaines preuves des dépenses réalisées par le CSA ont été détruites ou dissimulées au cours des dernières années. Depuis mars, une nouvelle employée a été engagée et des mécanismes supplémentaires ont été mis en place par les membres du CSA pour promouvoir la transparence dans les dépenses, a assuré la présidente. La direction insistante, selon la présidente La présidente soupçonne que la direction du Collège est au courant des pratiques douteuses du CSA depuis des années, mais qu’elle cherche à dissimuler l’histoire pour protéger l’image de l’établissement. «Depuis que j’ai découvert ces activités, j'ai senti beaucoup de pression de la direction. Je recevais des visites quotidiennes où on me recommandait fortement de garder le silence, en mettant l’accent sur le fait que ça ne devait pas se savoir», a-t-elle expliqué. «Le collège m’a au départ encouragé à faire la lumière sur le passé de l’association étudiante, mais après les premières découvertes, c’était plutôt le contraire. J’ai même senti qu’on a tenté de m'intimider et de me discréditer lorsque j'ai informé les autres membres du CSA […].» La direction réagit Contacté cet avant-midi, le directeur du campus de Saint-Lambert, Don Shewan, dit être au courant des préoccupations de certains étudiants, mais ne pas posséder les preuves de ce qui est avancé par l’étudiante. «Ça serait bien que j’aie une copie [des preuves] avant de faire des commentaires», a-t-il dit. Comme le CSA est une entité indépendante, il croit que les faits qui ont été mis à sa connaissance n’étaient pas suffisants pour lancer une enquête, mais qu’il souhaitait offrir son aide aux étudiants s’ils le requéraient. M. Shewan reconnaît que des rencontres ont eu lieu entre Dean Howie, directeur des services aux étudiants, et la présidente du CSA, mais dit en ignorer la teneur. Après avoir réfuté que la présidente ait pu subir de la pression de la direction pour se taire, M. Shewan a indiqué que si c’était arrivé, il n’était pas au courant. Il a annoncé son intention de bientôt rencontrer M. Howie pour faire la lumière sur les faits allégués. Quant à ses intentions devant ces possibles malversations, le directeur du campus est resté prudent. «Je ne fais pas de spéculations. […] Je vais faire mes devoirs», a-t-il conclu, sans toutefois expliquer ce que cela impliquait.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.