Actualités

Des villes de la Rive-Sud veulent se doter d’un centre de tri régional

Des villes de la Rive-Sud veulent se doter d’un centre de tri régional
Emilie Tremblay
le 03 septembre à 10:05

Les cinq villes liées de l’agglomération de Longueuil ont adopté récemment une résolution en faveur de la construction d’un centre de tri régional.

Celui-ci pourrait être fait en collaboration avec les cinq autres municipalités régionales de comté (MRC) de la Couronne-Sud, soient les MRC de Marguerite-D’Youville, de La Vallée-du-Richelieu, de Roussillon, de Rouville et de Beauharnois-Salaberry.

Le centre de tri s’assurerait du bon traitement des différentes matières recyclables, à l’aide des plus récentes technologies. La capacité annuelle du centre de tri serait d’environ 80 000 tonnes et les coûts de ce projet sont estimés entre 40 et 50 M$.

Selon la Ville de Longueuil, celui-ci intègrerait le modèle de l’économie circulaire et produirait « des extrants de haute qualité ».

Rappelons que l'an dernier, la Chine a resserré ses critères de qualité quant aux matières recyclables importées, ce qui a grandement fait baisser le prix de ces matières.  

L'agglomération de Longueuil a dû verser près de 5 M$ au gestionnaire du centre de tri de Saint-Hubert, la compagnie de recyclage de papiers MD, en 2018, afin qu’il continue ses activités. Au total, plus de 7,4 M$ ont été déboursés, alors que le contrat initial était d’un montant de 2,5 M$. Recyc-Québec a cependant versé un montant de 3,6 M$ pour aider l’agglomération à absorber cette hausse.

Le centre de tri serait réalisé à l’aide du modèle de société d’économie mixte donc un partenariat public-privé. La société exploitant le centre de tri sera notamment composée d’organismes municipaux.

Sylvie Parent, mairesse de Longueuil, a affirmé lors du conseil d’agglomération que cette crise a appris à la Ville « qu’il vaut mieux éviter d’être à la merci de tierces partis ». « Le modèle d’une société d’économie mixte nous apparaît la meilleure option et s’inspire de l’entente conclue avec la SÉMECS qui a porté ses fruits pour doter la région d’un équipement moderne et efficace, tout en répondant aux besoins de nos populations », a-t-elle déclaré.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.