Actualités

Des succursales de la Société québécoise du cannabis à Longueuil

Des succursales de la Société québécoise du cannabis à Longueuil
Aimée Lemieux
le 04 mai à 11:00

La future Société québécoise du cannabis (SQC) pourrait ouvrir des succursales à Longueuil, mais il est encore «trop tôt» pour déterminer à quel moment ces boutiques pourront être accessibles au public, signale la mairesse Sylvie Parent.

Le président et chef de la direction de la Société des alcools du Québec, Alain Brunet, a rencontré la mairesse pour lui présenter les «secteurs ciblés» à Longueuil, ceux «propices» pour accueillir de tels points de vente. «Comme on n’était pas prêt à ce moment, on leur a demandé d'attendre», révèle Mme Parent.

 

Un comité interne, composé d'agents de la police de Longueuil et de représentants des services juridiques, des ressources humaines et de l'aménagement du territoire, chargé d'étudier les impacts des projets de loi de Québec et d'Ottawa sur la légalisation du cannabis, est actuellement «au travail». C'est ce comité qui doit établir «les paramètres».

 

«Un élément sur lequel on est sensible, c'est que ces succursales ne soient pas à proximité d'établissements scolaires. À Longueuil, c'est complexe, parce qu'on a beaucoup d'écoles primaires et secondaires, en plus d'avoir des cégeps. Il faut regarder les impératifs sur notre territoire, les réalités. On doit d'abord terminer nos travaux», explique la mairesse.

 

L'ouverture de quinze succursales, en août 2018, a déjà été annoncée par le président de la société d'État. «Pour cette première vague d'implantation, on va attendre, on va voir comment ça s'installe ailleurs. Avec M. Brunet, ce qu'on s'est dit, c'est qu'on va regarder la situation avec nos équipes, et dès qu'elles sont prêtes, on trouve les meilleurs endroits possible», signifie Sylvie Parent.

 

La mairesse est somme toute «ouverte à recevoir des succursales parce qu'il faut aller dans le sens de la loi».

 

Une centaine de magasins devrait ouvrir d'ici trois ans, selon le plan de la SQC.

 

Des éléments qui restent à être déterminés

 

Le comité de travail est «en train de se pencher» sur plusieurs aspects, explique Sylvie Parent: «comment on va légiférer sur notre territoire, quels règlements on va mettre en place, est-ce qu'on va considérer le cannabis comme l'alcool ou comme la cigarette? Ce sont des éléments qui sont à l'étude pour les prochaines semaines».

 

Et fumer du cannabis dans les lieux publics? La mairesse est évasive: «je ne peux pas répondre à la question à ce stade-ci», a-t-elle signifié.

 

Rappelons qu'il sera possible d'acheter et de consommer légalement du cannabis au mois d'août prochain. La date initialement prévue, soit le 1er juillet, a été repoussée.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.