Actualités

Des organismes manifestent pour plus de logements sociaux

Des organismes manifestent pour plus de logements sociaux
Courtoisie: Comité logement Rive-Sud
Aimée Lemieux
le 23 mai à 14:00

La Maison La Virevolte, le Comité logement Rive-Sud et le Comité logement Beauharnois militent aujourd’hui pour l’accès à plus de logements sociaux, dans le cadre d’une série d’actions lancée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et déployée à travers la province.

La campagne «Pour du logement social, ici» est initiée afin d’interpeler les gouvernements provincial et fédéral sur la nécessité d’investir davantage pour les logements sociaux.

 

Une manifestation dans les rues de Beauharnois s'est déroulée aujourd'hui à cet effet.

 

Des investissements attendus, mais pas suffisants

 

En avril 2017, le gouvernement du Québec avait rendu publiques les recommandations de Norbert Morin, adjoint parlementaire du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, dans l’intention de revoir les approches en habitation.

 

Justin Trudeau, de son côté, avait fait la promesse d’une Stratégie canadienne sur le logement pour l’automne 2017.

 

«Dans le meilleur des cas, ces investissements se traduiront par le développement de 235 nouveaux logements sociaux pour la Ville de Longueuil et c’est nettement insuffisant pour les 9 475 ménages qui paient actuellement plus de la moitié de leur revenu pour se loger», a indiqué Marie-Ève Bouchard, organisatrice communautaire à la Maison La Virevolte.

 

Consciente des investissements prévus en matière de logement, Mme Bouchard déplore toutefois le manque de volonté, de Québec et d’Ottawa, de mettre en action certaines mesures.

 

Marco Monzon, membre du Comité logement Rive-Sud, pointe le «manque de précisions» du gouvernement fédéral. Plus précisément que «les montants prévus pour mettre en œuvre la Stratégie canadienne sur le logement ne sont pas à la hauteur des besoins actuels et sont planifiés sur un horizon beaucoup trop long.»

 

C’est pour les personnes mal logées, qui ne peuvent attendre encore des années, que les occupations d’aujourd’hui se tiennent, affirment les deux intervenants.

 

Des occupations de terrains et de bâtiments sont également prévues cette semaine à Québec, à Sherbrooke, à Montréal et en Abitibi, rapporte Radio-Canada.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.