Actualités

COVID-19 RIVE-SUD : Les organismes communautaires se prononcent sur leurs besoins prioritaires en cette période de pandémie

COVID-19 RIVE-SUD : Les organismes communautaires se prononcent sur leurs besoins prioritaires en cette période de pandémie
Photo : iStock
Juliette Poireau
le 14 juillet à 12:05

Les votes sont clos, les organismes ont parlé. Les trois besoins prioritaires identifiés par l’entremise d’un sondage lancé par la Corporation de développement communautaire de l’agglomération de Longueuil (CDC AL) sont le maintien d’un lien présentiel avec les personnes vulnérables; favoriser l’accessibilité et la connaissance des organismes; avoir accès à des équipements de protection individuelle.

Ces trois enjeux seront développés en projet grâce à trois comités de travail. Leur présentation aura lieu mardi prochain, le 21 juillet, question d’en discuter avec le monde communautaire. Ils seront ensuite déposés au mois d’août à Centraide afin d’obtenir les subventions nécessaires pour leur réalisation dans le cadre du Fonds d’urgence pour l’appui communautaire (FUAC).

En tout, plus d’une trentaine d’organismes se sont prononcés pour ces trois besoins prioritaires, tous en lien avec la perspective de tisser des liens avec les populations vulnérables.

En entrevue avec Martin Boire, le directeur général de la CDC AL, il a détaillé les possibilités et les questions auxquelles il faut répondre pour l’élaboration de ces trois projets ainsi que leurs budgets.

Pour le maintien d’un lien présentiel entre les organismes et les personnes vulnérables, il mentionne le besoin de locaux, d’espaces extérieurs ou de grandes salles, considérant la mesure de distanciation sociale. « Où veut-on ces lieux de rencontre? Quels types d’équipement avons-nous besoin? », se questionne-t-il.

De plus, envisageant la fin des dépenses des subventions provenant du FUAC le 31 mars 2021, le CDC AL veut trouver des moyens de pérenniser ces projets. « Si on décide de louer un espace commercial, on va devoir plier bagage en mars prochain, alors qu'avec des locaux existants, c’est possible de les utiliser à long terme », précise-t-il.

Ensuite, afin de favoriser l’accessibilité et la connaissance des organismes communautaires du territoire, on peut s’attendre à une campagne promotionnelle. « Le fait de mieux faire connaître les organismes va permettre de rassurer les populations vulnérables en leur expliquant les mesures sanitaires employées pour éviter la propagation du virus, et cela servira à joindre les personnes nouvellement dans le besoin », détaille Martin Boire.

Et puis, en cette situation de crise sanitaire mondiale, le besoin d’accès à des équipements de protection individuels en va quasiment de soi. Toutefois, il reste encore à définir comment s’en procurer sans trop utiliser le budget. « Est-ce qu’on va former des groupes d’achat ou faire affaire avec des partenaires? C’est trop tôt pour le dire », affirme le directeur général.

Les trois comités de travail sont actuellement en train d’être mis en place et seront accompagnés par des membres du CDC AL pour identifier les besoins et évaluer les budgets de chaque projet.

Martin Boire se veut rassurant si les montants demandés sont trop élevés : « Si le FUAC ne donne pas le montant voulu pour la réalisation des projets, on devra se tourner vers d’autres sources de financement. »

Autres besoins identifiés loin d’être oubliés

Parmi les 19 besoins prioritaires identifiés au tout début de la démarche, six ont été retenus par les organismes du territoire, mais seulement trois seront développés en projets.

Néanmoins, cette démarche a permis à la CDC AL de mieux comprendre les réalités vécues par les organismes en cette situation de pandémie. Ainsi, la Corporation s’engage à analyser les besoins concernant la connexion internet pour tous, faciliter l’accès à de l’information simplifiée et renforcer la solidarité et le réseau d’entraide entre les organismes.

« On n’en sait plus sur ce qu’on doit faire pour améliorer les services communautaires du territoire et mieux aider les populations vulnérables de l’agglomération de Longueuil », conclut Martin Boire.


Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.