Actualités

C'en est fini pour Sears sur la Rive-Sud... et ailleurs

C'en est fini pour Sears sur la Rive-Sud... et ailleurs
Aimée Lemieux
le 16 janvier à 15:00

L'agonie des magasins Sears est terminée: tous les établissements ont officiellement fermé leur porte, dont ceux des Promenades Saint-Bruno et du Mail Champlain.

Le 8 décembre, les employés du Sears à Brossard ont mis la clé dans la porte pour une dernière fois. Le même exercice a été fait le dimanche 14 janvier aux Promenades Saint-Bruno.

 

Sears Canada a déclaré faillite l'an dernier, mettant ainsi fin à 65 ans d'histoire.

 

Sur la Rive-Sud, quelque 200 emplois ont été perdus.

 

Pour Valérie Bruneau, professeure d'économie au Cégep Édouard-Montpetit, les facteurs qui expliquent ce déboire sont multiples.

 

«Sears ne s'est pas ajusté aux nouveaux clients, ceux qui veulent consommer rapidement, à bas prix, et principalement en ligne».

 

Sans surprise, le commerce électronique est en croissance, mais Sears «ne s'est pas conformé à ce nouveau modèle», explique Mme Bruneau.

 

Par ailleurs, l'entreprise n'a pas renouvelé son image depuis ses débuts sur le marché et n'a pas davantage développé une niche. «Son positionnement de marque est inexistant: Sears n'a pas ciblé une clientèle particulière ainsi que ses besoins».

 

Expérience client

 

L'enseignante indique que l'expérience client gagne en popularité, un concept qui était presque nul chez Sears.

 

«Si les gens ne magasinent pas en ligne, ils se rendent dans des centres commerciaux et des boutiques spécialisées, où des activités sont proposées, comme une journée avec le père Noël ou l'offre d'un café à l'entrée».

 

À défaut de proposer une expérience intéressante aux clients, d'autres magasins grande surface, comme Walmart, «font la guerre des bas prix», ce qui n'était pas «particulièrement le cas» chez Sears.

 

Le défi des centres commerciaux à l'ère 2.0

 

Depuis l'arrivée du commerce en ligne, le taux d'occupation dans les centres commerciaux est en baisse, selon Valérie Bruneau.

 

«Le modèle du commerce de détail des années 70 avec des magasins et des stationnements gigantesques n'est plus à jour. Les centres commerciaux doivent se restructurer, se renouveler, avec une offre de restaurants intéressante, des services et des événements spéciaux», indique-t-elle.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.