Actualités

Bruit à l’aéroport de Saint-Hubert : DASH-L se défend

Bruit à l’aéroport de Saint-Hubert : DASH-L se défend
Emilie Tremblay
le 28 novembre à 15:10

Le gestionnaire de l’Aéroport Montréal Saint-Hubert Longueuil (AMSL) a tenu à remettre les pendules à l’heure concernant les mesures prises contre le bruit à Saint-Hubert.

Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) soutient que le développement de l’aéroport se fait « tout en conciliant le mieux possible » les facteurs sociaux, économiques, environnementaux et autres.

Plusieurs citoyens se plaignent depuis quelques mois auprès des villes et du conseil d’agglomération d’un bris de la quiétude, notamment la nuit, dans les résidences aux abords de l’aéroport. D’autres ont déploré une baisse de la qualité de leur sommeil. Aux dernières nouvelles, l’AMSL aurait un total de trois à cinq vols par nuit, incluant deux départs réguliers de nuit d’avions B737 chaque semaine.

DASH-L maintient avoir mis en place plusieurs mesures pour atténuer le bruit généré par les aéronefs, comme l’installation de silencieux sur la quasi-totalité des avions utilisés par les écoles de pilotage. À cela s’ajoutent la mise en place d’un système de pistes préférentielles qui favorise les départs et arrivées des avions au-dessus des champs plutôt que des quartiers résidentiels, ainsi que la désignation d’une aire éloignée des résidences qui sert à effectuer les manoeuvres de maintenance bruyantes.

Une autre mesure pourrait aussi être mise en place dans les prochains mois. DASH-L a soumis une procédure d’atténuation du bruit au départ à Transports Canada.

Dans les conseils de ville et d’agglomération, certains citoyens ont déploré le manque d’écoute des élus, mais aussi de DASH-L concernant leurs plaintes. L’organisme soutient traiter et répondre par courriel à toutes les plaintes des citoyens, en plus de prendre « les mesures correctrices ou d’atténuation qui sont de son ressort ». Les signalements sont soumis au Comité consultatif sur le climat sonore.

« Le climat sonore nous préoccupe et nous ne ménageons aucun effort pour atténuer les impacts du bruit des aéronefs qui utilisent l’aéroport », a affirmé par voie de communiqué le président du conseil d’administration de DASH-L, Charles Vaillancourt.


Commentaires

Comment DASH-L peut-il décider par lui-même de l’impact des activités aéroportuaires sur les citoyens? Aucune consultation publique n’a été acceptée, malgré toutes les demandes faites. Les citoyens qui vivent dans l’agglomération de Longueuil et des villes avoisinantes (St-Basile-Le-Grand, Ste-Julie, etc) vous disent que la situation actuelle est inacceptable et, à lire cet article, on parle de bonne volonté de DASH-L. Les plaintes citoyennes ne servent pas à grand chose dans le contexte actuel; DASH-L répond qu'il est en règle selon les règles de TC et de NAV Canada. On ne parle pas juste de pollution sonore mais bien aussi de sécurité citoyenne! Par exemple, des petits avions (sport récréatifs et écoles de pilotage) en boucle au-dessus d'écoles primaires, qui trouve ça normal? Un absence de volonté de mettre de l'avant un horaire et une gestion de la fréquence des vols, qui trouve ça normal? Lorsqu'on se plaint à NAV Canada et Transport Canada, ces derniers nous disent que nous devons régler la problématique au niveau local! DASH-L dit que les vols de nuit sont inévitables, que le maximum est fait pour la réduction des nuisances sonores. Jane Foyle a récemment même annoncé que le trafic aérien augmentera par l’ajout de vols. La cohabitation actuelle entre les activités aéroportuaires et les citoyens ne fonctionne pas pour les citoyens de l’agglomération de Longueuil et bien au-delà. Que DASH-L, Jane Foye, le veuillent ou non, ça c’est la réalité! Il n’y a aucune gestion du trafic aérien en lien avec la qualité de vie des citoyens et leur sécurité. Vous comprendrez l’apparence d’une absence complète d’écoute du côté de l’aéroport et celui de la Ville de Longueuil. Le gouvernement fédéral devra intervenir rapidement pour revoir dans son entièreté la vocation de cet aéroport. En ce moment, aucun dialogue n’est permis avec la collectivité comme le souhaite Transport Canada. Le comité de gestion du bruit de l’aéroport ne permet nullement ce dialogue.

le 28 novembre à 15:58, par Sonia,

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.