Actualités

Brossard : un budget adopté dans la discorde

Brossard : un budget adopté dans la discorde
Pascal Dugas Bourdon
le 07 décembre à 15:00

La Ville de Brossard a adopté hier son budget 2017, non sans soulever la grogne des conseillers de l’opposition.

L’administration Leduc a présenté un plan qui propose une augmentation de taxes résidentielles de 1,5 %, ce qui constitue une hausse de 38 $ pour la résidence moyenne, d’une valeur de 323 000 $.

Les dépenses de la Ville augmenteront de 2,7 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 161,3 millions $.

Quant au Plan triennal d’immobilisations (PTI), la Ville a l’intention de dépenser quelque 305 millions $ au cours des trois prochaines années, dont 180 millions $ dès 2017. C’est donc que 59% des dépenses des trois prochaines années seront réalisés en 2017.

Parmi les projets qui demanderont des investissements importants l’an prochain (2017), on compte la construction du viaduc du Quartier (74 millions $), la construction du centre multifonctionnel aquatique (14 millions $), l’élargissement du boulevard du Quartier (10,5 millions $), l’aménagement du TOD du Quartier (10 millions $) et la réfection de Grande-Allée (8,4 millions $).

Brossard prévoit également 21,8 millions $ pour les trois prochaines années pour le Grand parc urbain, bien que le montant pourrait être révisé à la suite des consultations citoyennes sur le sujet.

«La qualité des services aux citoyens est au cœur de nos actions», assure le maire de Brossard, Paul Leduc.

«Chaque geste posé, chaque réalisation accomplie, apporte une pierre à l’édification de cette ville urbaine, contemporaine et ouverte sur le monde que nous sommes à créer.»

L’opposition se fait critique

Les conseillers de l’opposition à Brossard ne se sont pas gênés pour critiquer ce budget, qualifié par plusieurs d’«électoral».

La conseillère Doreen Assaad a notamment critiqué l’augmentation des coûts de l’administration générale, qui ont connu une croissance de 12 % en 2017, soit 1,3 million $ de plus qu’en 2016.

«Le maire s’est toujours vanté que tout était bien géré. Mais ultimement, il n’a pas entretenu l’administration, car là on voit un rattrapage, [notamment dans] l’administration générale», a-t-elle expliqué.

Son de cloche similaire chez le chef de l’opposition, Antoine Assaf, qui lui a mis l’accent sur la hausse du poids des salaires à Brossard.

Selon ses dires, la masse salariale de la Ville a connu une croissance de 73 % entre 2010 et 2015, alors que durant la même période, la population n’a augmenté que de 8,1 %, et l’indice des prix à la consommation, que de 8,7 %.

Devant ces attaques, M. Leduc n’a pas réagi, à l’exception de quelques rires et sourires qui semblaient exprimer un désaccord. Avant de voter sur le budget, il a simplement indiqué qu’«à l’exception de M. Assaf, le budget de l’année dernière a été adopté par tout le monde ici».

Malgré l’opposition de quatre des conseillers, le budget 2017 et le PTI ont été adoptés à la majorité, cinq voix contre quatre. Le conseiller Alexandre Plante était absent lors de cette séance extraordinaire du conseil.

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.