Actualités

Accès aux soins de santé en Montérégie : «un véritable désastre», disent des députés du Parti Québécois

Accès aux soins de santé en Montérégie : «un véritable désastre», disent des députés du Parti Québécois
Courtoisie: Santé Montérégie
Aimée Lemieux
le 06 mars à 16:02

Les députés Diane Lamarre, Catherine Fournier, Dave Turcotte et Stéphane Bergeron qualifient «d’échec monumental» l’accès aux soins médicaux en Montérégie.

En point de presse plus tôt ce matin, les députés de Taillon, Marie-Victorin, Saint-Jean et Verchères, respectivement, ont déploré le transfert de services des CLSC vers des cliniques privées et le manque significatif de médecins de famille pour les résidents du territoire.

En matière d’accès aux soins de première ligne, on constate que la Montérégie est en retard sur le reste du Québec, a souligné Diane Lamarre, porte-parole du Parti Québécois en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile.

La Montérégie manque de médecins de famille

Préoccupés par la suppression de services publics en CLSC et l’investissement du gouvernement du Québec dans les GMF, Groupe de médecine de famille, des cliniques de médecine familiale privées, les députés s’inquiètent pour les personnes vulnérables, qui ne sont pas à l’abri de cette réforme. «On craint un bris d’accès», a dit Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin.

Les députés estiment également qu’environ 400 000 personnes en Montérégie n’ont pas de médecin de famille. Un «véritable désastre», ont-ils précisé.

En mai 2015, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait promis que 85 % des Québécois auraient un médecin de famille d’ici le 31 décembre 2017.

En vertu de cette déclaration, 200 000 personnes devront obtenir un médecin de famille d’ici la fin de l’année.

«À l’approche de la date butoir, tout indique que le ministre de la Santé se dirige vers un nouvel échec et que la population de la Montérégie en subira les conséquences», a affirmé à nouveau Diane Lamarre.

Au moment de publier cet article, le bureau du Ministère de la Santé et des Services sociaux n’avait pas rappelé TVRS.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.