Actualités

Abattage de sept arbres matures à LeMoyne : l’opposition critique la vision de la Ville

Abattage de sept arbres matures à LeMoyne : l’opposition critique la vision de la Ville
Pascal Dugas Bourdon
le 31 août à 17:30

Le chef de l’opposition à Longueuil, Robert Myles, reproche à la Ville d’avoir octroyé un permis pour la coupe de sept chênes matures sur la rue King-Edward, dans le secteur de Lemoyne, à Longueuil. Selon l’opposition, le promoteur privé a demandé ce permis pour l’aménagement d’un stationnement d'un nouveau projet d’habitation. «Il faudrait rappeler à l’administration St-Hilaire que, pour être vert, il faut agir d’une façon verte et pas seulement en parler; des changements doivent être apportés au règlement», croit M. Myles. Selon ce dernier, l’octroi d’un tel permis à un promoteur n’est pas  contraire au règlement. À son avis, toutefois, le règlement se doit d’être modifié. «Le fait que le promoteur [puisse] demander un permis pour enlever les chênes vieux de 100 ans et que le permis a[it] été accordé par l'administration de la ville de Longueuil démontre qu'il y a un problème avec le règlement et qu’un changement est nécessaire […]», a ajouté M. Myles par communiqué. Longueuil reste muette TVRS tente d’obtenir la version de la Ville concernant ce dossier depuis mercredi dernier, mais sans succès. Malgré s’être engagée à maintes reprises à fournir une réponse rapidement, la Ville restait toujours muette à cet égard au moment de publier ces lignes. Pourtant, mardi dernier, lors de la séance du conseil municipal, deux citoyens de LeMoyne étaient venus faire part de leur inquiétude quant à l’abattage de ces arbres matures. «Combien de temps les élus resteront-ils les bras croisés sur la réglementation qui permet le développement immobilier sauvage et sans vision à long terme?», a questionné Patrick Yvon, citoyen de la rue King-Edward. De son côté, Colette Éthier, conseillère dans LeMoyne-Jacques-Cartier, a répondu que Longueuil était «très sensible» aux préoccupations de ce citoyen. Elle a assuré que Longueuil était en discussion avec le promoteur pour tenter d’épargner le plus d’arbres possible. Elle a du même souffle avoué que le promoteur avait reçu de la Ville un permis pour couper ces arbres, et donc, qu’il était dans son droit de le faire.  


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
TVRS se réserve le droit de retirer tous commentaires considérés litigieux.